Karsha

Le village de Karsha est situé dans la région du Zanskar, au milieu de l’Himalaya, à plus de 3 500 mètres d’altitude. Le monastère et la nonnerie de Karsha accueillent de nombreux moines et de nonnes pratiquant le bouddhisme tibétain, présent dans tous les villages du Zanskar. Le climat y est très rude l’hiver avec la neige isolant le Zanskar et agréable l’été. Les habitants parlent le zanskari (proche du Ladakhi) issu du tibétain et parlent également hindi, la langue officielle principale de l’Inde.

Situation géographique

Karsha se trouve au Zanskar, dans l’état de Jammu et Cachemire, dans le nord de l’Inde.

Carte du Zanskar et du Ladakh

Carte du Zanskar et du Ladakh

Leh, la « capitale » de la région du Ladakh, se trouve à environ 100 km au nord-est à vol d’oiseau, et Manali 150 km au sud. Kargil, ville musulmane proche de la frontière pakistanaise, est 150 km au nord-ouest, et Srinagar, 250 km à l’ouest. Enfin, il y a Padum, la ville principale du Zanskar avec 1 500 habitants, et à peu près autant de musulmans que de bouddhistes, situé 10 km au sud de Karsha. Vous pouvez plus facilement visualiser où ces villes se trouvent en regardant la carte du Zanskar que j’ai réalisé à partir d’une image satellite de la NASA.

Par la route, il faut 1 jour de voiture pour aller de Leh à Kargil (250 km). Il faut 1 jour de plus de voiture pour aller de Kargil à Srinagar ou de Kargil à Padum (250 km). Et pour finir, entre Padum et Karsha (10 km) il faut 30 min en voiture et environ 2h30 à pied.
La route passe par le col du Pense-la à 4 400 mètres d’altitude, fermé de début novembre à fin avril par la neige. Pour rejoindre Karsha l’hiver, le seul moyen est de faire le trek du Chadar.

Le village de Karsha, son monastère et sa nonnerie

Le village de Karsha avec son monastère et sa nonnerie

Le village de Karsha avec son monastère et sa nonnerie

Karsha est situé au milieu de la vallée de Padum, côté rive gauche de la rivière Doda. Cette rivière rejoint la Tsarap juste après le village pour former la rivière Zanskar, qui se jette dans l’Indus. Vous pouvez admirer la vue sur toute la vallée et les montagnes de l’Himalaya depuis le haut du monastère.

Le monastère de Karsha est le plus grand du Zanskar, et compte environ 60 moines dont une vingtaine de jeunes moines. La nonnerie, séparée du monastère par un ruisseau qui descend de la montagne, est plus petite et une quinzaine de nonnes y font leurs prières tous les jours. Le monastère a été fondé au 11ème et la nonnerie dans les années 1950, et les deux temples les plus anciens ont toujours des figures réalisées à cette époque.

Le village se trouve juste en bas du monastère et de la nonnerie et est séparé en deux par le ruisseau. Environ 700 habitants y vivent et cultivent de l’orge, du blé et des haricots dans leurs champs qui entourent le village.

Bouddhisme tibétain

Chortens au-dessus de la nonnerie de Karsha

Chortens au-dessus de la nonnerie de Karsha

Au Ladakh et au Zanskar, le bouddhisme pratiqué est le bouddhisme tibétain, également appelé bouddhisme tantrique. Celui-ci est divisé en quatre ordres, les Nyingmapa, les Kagyupa, les Sakyapa et les Gelugpa.

A Karsha, ce sont des bouddhistes de l’ordre des Gelugpa, aux bonnets jaunes, dont fait partie le dalaï-lama. La pratique est principalement basée sur les prières et des récitations de mantra, dont celui d’Avalokiteshvara, le bouddha de la compassion : « Om Mani Padme Hum ». Les moines, nonnes et villageois le répètent tous les jours pour souhaiter bonne chance et une bonne vie à tous les êtres.

Les symboles sont principalement des chortens (aussi appelés stupa), des murs de prières (murs à mani) dont les prières sont écrites sur les pierres du mur, des moulins à prières (les prières écrites se trouvent dans le cylindre du moulin) et les gens le font tourner, ce qui correspond à réciter la prière. Il y a également les drapeaux à prières, placés sur les toits des maisons et un peu partout au monastère et à la nonnerie, pour que le vent disperse les prières dans le monde entier.

Climat

Le climat est très rude l’hiver, avec des températures qui descendent vers -20°C la nuit et -5°C la journée. Karsha est isolé pendant les 6 mois d’hiver, car la neige bloque la route qui passe par le col du Pense-la, de début novembre à fin avril. Il tombe entre 50 cm et 1 m de neige l’hiver, avec peu de pluie au printemps et souvent un beau soleil. En été c’est plus agréable avec 10°C la nuit et 25°C la journée, mais il pleut plus souvent.

Le zanskari

Le zanskari et son écriture tibétaine

Le zanskari et son écriture tibétaine

La langue parlée par les habitants de Karsha et du Zanskar est le zanskari, proche du ladakhi parlé au Ladakh (Leh), et provient du langage tibétain. L’écriture utilise également le système tibétain, appelé bodyik. Les différences entre le zanskari et le ladakhi sont surtout au niveau de la prononciation bien qu’il y ait également quelques mots de différents entre les deux régions. La différence de ces deux langues avec le tibétain est beaucoup plus importante et la plupart des mots utilisés ne sont pas équivalents, donc les échanges sont difficiles entre un tibétain et un zanskari. Il est également compliqué d’apprendre le zanskari (ou ladakhi) puisque la plupart des livres existant sont sur le tibétain.

Après mes différents voyages à Karsha j’ai pu réaliser avec les moines, les nonnes et les habitants de Karsha et du Zanskar un dictionnaire Zanskari – Français et Zanskari – Anglais. Le Zanskari et le Ladakhi étant proches, vous pouvez l’utilisez au Zanskar et au Ladakh. Vous pouvez les télécharger ici (utilisation personnelle seulement, gratuits, ne peuvent être vendus) :

Dictionnaire Zanskari – Français

Zanskari – English dictionary