De plus en plus souvent à la nonnerie

Publié le par Jonathan | Commentaires (0)

Rien de spécial cette semaine, juste une puja au bord du ruisseau entre la nonnerie et le monastère, au niveau des chortens, avec quelques moines (5-6), quelques femmes du village, un homme qui faisait de la musique avec des djembe, et une quinzaine d’enfants du village qui ont dansé à la fin devant les moines, les garçons d’abord puis les filles.

Chevaux à la nonnerie

Chevaux à la nonnerie

Dolma, une petite fille qui va à l’école (elle m’a dit qu’elle avait 10 ans mais fait plus jeune que ça) vit avec une nonne mais ne sera pas nonne plus tard. Pour l’instant je l’aide à écrire et prononcer l’alphabet en anglais. La nonne qui s’occupe d’elle m’a servi du thé, du yaourt avec des légumes et chapatis, de la tsampa, alors que c’est la première fois qu’elle m’invite. Elle me dit de revenir demain mais ne sera pas là (probablement en train de préparer la grande puja du lendemain, mais je ne le saurai que le lendemain, samedi). Du coup j’ai attendu 3h avec Dolma, en jouant avec les cailloux, répétant et écrivant l’alphabet et en regardant le petit dartse (concours de tir à l’arc) en bas entre deux champs. Et à chaque fois que je voulais partir, Dolma me disait de rester et me prenait même mon petit sac pour que je ne parte pas, du coup je suis resté 3h.

Le lendemain, c’est une jeune nonne qui m’invite aussi pour la première fois, et vit avec une nonne âgée que j’ai du mal a reconnaître car elle ressemble à une autre nonne. Elle venait aux cours d’anglais au début et est à la nonnerie depuis plus de 10 ans. Elle m’a invité après le cours d’anglais pour boire le thé, et m’ a dit qu’une nonne qui venait aussi aux cours d’anglais au début allait revenir demain.

Ce samedi, pas de cours à nouveau au monastère pour que les petits lavent leurs affaires, mais il n’y a rien de spécial aujourd’hui pourtant (dimanche).

La nonnerie de Karsha

La nonnerie de Karsha

Aujourd’hui, j’étais à la nonnerie, pour lire un livre de la bibliothèque de Lonpo Wangchuk sur l’Abhidharma, une partie des écritures bouddhistes sur la nature du monde, au soleil le matin puis à sa maison l’après-midi quand ça s’est couvert et qu’il y avait du vent (il y a même eu une tempête de poussière, qui cachait la vallée complètement). Depuis plusieurs semaines c’est comme ça, avec du soleil avec quelques nuages le matin, plutôt chaud, même en étant assis en T-shirt, puis le vent se lève et le ciel se couvre l’après-midi avec la poussière qui est soulevée dans la vallée.

Toujours pas d’Internet à Padum à priori puisque le frère de celui qui s’en occupe ne m’a pas appelé, ni de recharge de téléphone, car le moine qui devait s’en occuper, qui est à Leh ou Srinagar, n’était pas joignable de dimanche à jeudi. Jeudi soir il m’a dit que j’aurai la recharge de crédit le lendemain mais on est dimanche et je ne l’ai toujours pas. Du coup, Otsal va s’en occuper demain puisqu’il va à Padum, il a juste besoin de mon numéro apparemment.

J’essaie d’écrire les cartes postales mais je ne suis pas très inspiré, surtout que je pense en envoyer une dizaine sur la vingtaine que j’avais acheté à Leh.

Il y a eu quelques flocons aujourd’hui, probablement le vent qui l’amenait depuis la montagne à 10 km, mais il a aussi neigé deux nuits d’affilée, du 29 au 30 et du 30 au 1er mai, avec au matin de cette nuit la vallée qui avait un peu reblanchi, avant que le soleil ne la fasse fondre pendant la matinée. Beaucoup de méditation cette semaine, notamment la matinée après la puja, entre 8h et 12h et l’après-midi aussi des fois après le cours d’anglais à la nonnerie, si je lis pas un livre.

Laisser un commentaire