Je reste avec les nonnes

Publié le par Jonathan | Commentaires (0)

J’ai préféré rester au monastère plutôt que d’aller à Sani avec les moines, pour être avec les filles de l’école à la nonnerie et pouvoir passer du temps avec les nonnes pour ma dernière semaine. Après les cours j’allais au jardin derrière la nonnerie pour me reposer car c’est très agréable, et j’ai vu passer la plus jeune nonne avec un panier sur le dos. Je croyais qu’elle allait ramasser des pierres pour les népalais qui réparent les chortens, mais deux jours plus tard je suis allé avec elle après l’avoir vu passer pour l’aider, et en fait elle récupère les bouses de yaks et de vaches sur la montagne (y en a une trentaine qui s’y promènent toute la journée).

A pied au milieu de la vallée

A pied au milieu de la vallée

Je suis allé avec elle les jours suivants pendant 1h ou 2h à marcher sur la montagne avec une belle vue de tous les côtés, au soleil. Les bouses sont stockées pour l’hiver prochain, et seront utilisées dans le poêle (enlevé de la pièce principale du printemps à l’automne).

Il fait chaud depuis plusieurs jours, plus de 20°C – 25°C, on sent la chaleur dès qu’on sort dehors, et je transpire presque même en restant assis (au soleil). J’ai dormi plusieurs nuits dehors la semaine dernière, à regarder les étoiles, sur le toit de la maison.

En remontant le chemin le long du ruisseau

En remontant le chemin le long du ruisseau

Aujourd’hui, il n’ y avait pas de cours l’après-midi à la nonnerie, j’ai aidé un peu les nonnes à amener des pierres près des chortens, puis je suis allé sur la montagne récupérer des bouses de vaches. J’ai rencontré un très jeune berger, indien ou népalais d’environ 16 ans qui surveillait un troupeau de moutons, mais je ne comprenais pas ce qu’il disait et ne me comprenait pas non plus. Il m’a aidé à récupérer les bouses de vaches, et me disait ensuite quelque chose, mais je ne sais pas si c’était pour me dire qu’il y avait des bouses de vaches par là-bas, s’il avait un autre sac, ou s’il voulait de l’aide pour son troupeau après m’avoir aidé.

Laisser un commentaire