Préparation de la fête bouddhiste et plein de neige

Publié le par Jonathan | Commentaires (0)

Il s’est remis à neiger dans la nuit et cela va durer toute la journée avec en tout 15 à 20 cm de neige au monastère. Le Tiorfan est efficace et j’en prend encore un le matin. Petit déjeuner à la cuisine du monastère avec les moines et les moinillons, avec deux thé au lait et de la tsampa, mélange de farine d’orge grillée dans du thé salé, c’est plutôt pâteux et sans goût particulier, pas très agréable à manger, mais je vais devoir m’y habituer.

Les moines réalisant des dessins avec du beurre coloré avec des bougies

Les moines réalisant des dessins avec du beurre coloré avec des bougies

Après la puja, qui se termine vers 10h tous les matins, lama Otsal m’amène dans une salle où sont réalisées des figures et formes liées au bouddhisme avec du beurre, mélangé à des bougies fondues pour obtenir les couleurs souhaitées. Ces dessins seront ensuite utilisés lors de la prochaine grande fête au monastère. Un moine râpe le beurre, un autre fait une boule avec ces résidus de beurre, un autre frappe plusieurs fois cette boule pour qu’elle soit homogène et la place dans de l’eau. Ensuite, ils sont deux à faire les dessins, en prenant les boules dans l’eau et en en prenant un petit bout, le remue pendant un temps dans l’eau en le tournant, puis le place délicatement et minutieusement sur le tableau pour compléter le dessin.

Repas avec les moines à 12h avec du riz et des patates et un thé salé. Cours de 13h à 14h cette fois et apparemment ce sera le cas également ensuite.

L’après-midi je descend au village et croise les femmes qui priaient l’autre fois dans la petite salle de prières, et aussi un des frères de Sonam, qui m’invite à boire le thé chez lui. Il y a sa famille, apparemment trois filles et sa femme qui arrive plus tard. Je lui montre une photo de lui lorsqu’il était venu dans notre salle commune. Ses filles veulent aussi voir les autres photos, d’abord du monastère, puis du Chadar, du jour de la fête nationale à Leh puis de New Delhi. Je rate du coup le dîner du monastère, en général vers 17h, et rentre à ma chambre.

J’aide un petit de l’école à déblayer la neige à côté de notre maison, puis Jigmat rentre aussi, qui habite dans la même maison que moi, aussi un des petits moines de l’école, et on sort la neige de la terrasse alors qu’elle continue de tomber. Le soir ils arrivent assez tard par rapport à d’habitude, vers 19h, et j’en profite pour écrire sur un carnet différent les cours que j’ai fait aux petits moines.

Laisser un commentaire