Départ vers Leh au-dessus de l’Himalaya

Publié le par Jonathan | Commentaires (0)

Debout à 2h30, le réveil que j’ai eu du mal à trouver dans mon sac n’a pas servi puisque je n’avais pas mis l’interrupteur sur « On », et me suis donc réveiller avec la montre. A 3h, le réceptionniste m’appelle pour me dire que le taxi est arrivé. Conduite toujours indienne, avec des coups de klaxon, des lignes blanches entre deux voies qui servent à rien, des zigzags, mais peu de vaches sur la route, où il y a surtout des chiens.

Arrivée à Leh dans le froid

Arrivée à Leh dans le froid

Arrivée à l’aéroport à 3h30, l’enregistrement commence juste, et j’oublie de demander à choisir ma place et me retrouve côté couloir, à l’arrière de l’avion (19D), et la personne au guichet m’indique que je peux prendre les batteries de l’appareil photo en cabine. Je passe la vérification du passeport et la sécurité avec mon sac remplit en oubliant la taille du sac mais il n’y a pas eu de problème, et il aurait suffit de prendre la doudoune sur moi. Je suis en salle d’embarquement à 4h00 et lis alors un peu le livre de cours d’anglais et je vois arriver les premiers visages du Ladakh. Embarquement à l’heure et une fois dans l’avion, un groupe de trois personnes veut changer de place et je me retrouve ainsi côté hublot gauche (19A) avec vue vers Karsha.

Vue sur l’Himalaya depuis l’avion

Vue sur l’Himalaya depuis l’avion

Il y a pas mal de nuages au début et une hôtesse dit à plusieurs personnes d’éteindre les appareils. Mais comme les autres hôtesses ne disent rien et que certains continuent à faire des photos, j’en fais aussi plusieurs discrètement. Le soleil et les nuages font que certains sommets sont ensoleillés et se détachent des autres et la vue est superbe, et je me dit alors que je suis au-dessus de la grande chaîne de l’Himalaya qui d’habitude paraît si loin. Suit une descente rapide vers Leh en passant près de certaines montagnes. La vue est toujours aussi magnifique, je reconnais le paysage vu sur les photos et réalise aussi maintenant que je suis dans un tout petit endroit caché derrière l’Himalaya, loin du reste du monde.

Descente de l’avion avec l’impression qu’il ne fait pas très froid mais au bout d’une dizaine de secondes, je dois mettre ma doudoune, la chapka et les gants car il fait tout de même environ -15°C et on doit attendre que le petit bus reviennent nous chercher à notre tour pour nous amener à la salle de l’aéroport où mes bagages arrivent rapidement.

Laisser un commentaire