Dartse à Padum et travaux des champs à Karsha

Publié le par Jonathan | Commentaires (0)

J’étais à Padum lundi où j’ai passé l’après-midi sur Internet pour envoyer les mails et regarder les billets de trains et d’avions mais c’est beaucoup plus cher que pour l’aller, 150 € à 235 € pour venir de Leh à Delhi et la moitié de Srinagar à Delhi. Mais en partant de Srinagar je devrais aller à Leh en mai et ça me prendrait une semaine. Deux jours de taxi, comme pour Srinagar, avec une nuit à Kargil, pour environ 20 €. Le lendemain et le mercredi, pas d’Internet, celui qui s’en occupe est parti à Kargil car la route vient d’ouvrir par le Pense-la, et son jeune frère jouait au concours de tir à l’arc, juste derrière la guest-house où je vais passer la nuit comme d’habitude.

Le village de Pibiting au Zanskar

Le village de Pibiting au Zanskar

Ils buvaient beaucoup de chang, la bière locale, mais ils visaient mieux la cible qu’à Karsha, dartse local avec seulement les habitants de Padum. Ils ont continué à jouer et danser même sous la neige, qui tombait assez fort le mardi. Surtout elle s’est mise à tomber quand je suis monté sur les hauteurs de Padum pour voir la vallée vers Purney et Phuktal, mais j’ai pas vu grand chose avec la visibilité réduite et un vent fort. En plus j’étais partit sous le soleil de Karsha, donc sans gants et sans écharpe, et il faisait un peu froid en haut sous la neige à Padum. Il y a eu une petite avalanche près de Padum, mais je ne sais pas trop quand, peut-être dans la nuit. Le lendemain matin, à peine 1 cm de neige sur quelques surfaces, et après avoir attendu encore devant le cyber-café pendant plus d’1h, je pars en m’arrêtant à la boulangerie pour prendre des petits gâteaux très bons et pas cher, 7 Rs ou 10 Rs le petit gâteau, cookie à la noix de coco, ou bâtonnet avec de la crème à l’intérieur, en plus du pain spécial autour de 30 roupies.

Je met 2h pour rentrer à pied en montant par les pierres à partir du pont en bas de Karsha, qui permet de raccourcir le chemin, et arrive juste pour le cours d’anglais au monastère. Je vais plus tard chez le frère de Sonam où sa fille (qui vient aux cours d’anglais à la nonnerie) m’accueille dans la nouvelle pièce commune, qui est aussi sa chambre, avec vue sur la vallée de Padum et sur le monastère. Je lui donne quelques photos imprimées à Padum et le lendemain je vais chez son beau-frère, pour lui amener aussi d’autres photos.

Ils sont en train de planter des haricots et en profite pour faire quelques photos de leur travail, d’abord en labourant la terre, avec deux yaks tirés par la femme et suivis par une personne qui appuie sur une petite bêche pour remuer la terre. Ils repassent en traçant les sillons dans lesquels ils sèment les graines de haricots et quelqu’un d’autre ramène la terre pour fermer les sillons et recouvrir les graines. Ils repassent ensuite avec les yaks pour creuser dans un autre sens et avec plus d’espace. Ils finissent juste à la nuit tombée et je rentre en haut du monastère.

Laisser un commentaire