Padum – Tungri – Karsha en 10h de marche

Publié le par Jonathan | Commentaires (0)

Je suis allé à Padum à pied en 2h30 cette fois, sous le soleil. J’ai dormi à la même guest-house que la dernière fois et je crois avoir compris qu’en fait je paie la somme que je veux. Après qu’il m’ait dit « You, you » quand je lui ai demandé combien c’était, et que j’ai rien donné en pensant qu’il voulait pas que je paie, il m’a demandé 300 roupies au lieu des 500 roupies en principe. La femme m’a amené à ma chambre en arrivant mais ne m’a pas invité dans la pièce de vie, j’ai attendu que l’homme vienne m’inviter 1h plus tard, avec du thé et le dîner.

Lendemain, réveil à 8h45 au lieu de 8h prévu pour la longue journée de marche pour faire le tour de la vallée vers l’ouest, de Padum à Karsha en passant par Tungri, où je voulais passer pour faire des photos de la famille d’Otsal et de quelques petits moines de l’école.

En route vers Padum

En route vers Padum

Je pars à 9h45 de Padum et arrive à Tungri à 13h45, soit 4h de marche sur la route sans neige ou presque. Tungri est plus petit que Karsha et plus agréable, entre deux montagnes, on se sent encore plus dans l’Himalaya. Départ à 14h20 de Tungri après avoir mangé deux paquets de biscuits achetés dans la semaine, mais là, la route n’est pas praticable et il y a de 30 cm à 50 cm de neige. En restant sur les traces de ceux qui sont passés ça va à peu près mais pas toujours, et si on met un pied juste à côté, à 5 cm près, on s’enfonce dans la neige poudreuse jusqu’aux genoux, et ça devient vite fatiguant.

La nonnerie de Tungri au Zanskar

La nonnerie de Tungri au Zanskar

C’est comme ça pendant deux heures avec quelques fois des murs de pierres sur le bord de la route sans neige, plus agréable pour marcher. A partir d’un village, sur ce flanc de la montagne de Karsha, dans la vallée de Padum, au-dessus de la rivière Doda, je crois qu’il s’agit de Techa, plus de neige du tout, comme s’ils avaient un chasse-neige. Je peux arriver à Karsha vers 18h50 juste à la tombée de la nuit, sans avoir eu la force de prendre des photos des derniers villages.

Je m’arrête chez le frère de Sonam, pour lui donner les quatre photos que j’ai faite imprimer (50 roupies la photo et avec de belles couleurs mais des bandes horizontales qui gâchent la photo), qu’ils mettent devant d’autres photos. Une photo de leur famille, de sa femme en train de prier durant la grande fête au monastère, de lui en train de sourire dans notre maison et en train de tirer à l’arc vendredi dernier.

Dernière marche tranquillement pour monter à la maison en haut du monastère mais je ne peux dormir qu’à 23h car il y a des invités.

Réveil à 7h à peu près mais je reste au lit jusqu’à entendre le 1er appel avec la conque vers 7h45, comme d’habitude. Après la puja, sans tsampa aujourd’hui (ils en ont pas servi), douche, rasage et lessive jusqu’au déjeuner. Après le cours à la nonnerie je repasse chez le frère de Sonam puisque sa femme m’avait invité hier, je leur montre les photos des moines et deux vidéos prises durant les puja, et on en refait quelques unes d’eux, notamment de leur fille en train de faire du thé au beurre dans une baratte.

Je pars une heure plus tard pendant qu’il tond un mouton avec des ciseaux et remonte à la maison, où Otsal est revenu de Padum avec des mille-feuilles, des sortes de galettes de pain, du beurre de cacahuète et de la confiture à l’orange. Il part ensuite au Labrang pour remplir des papiers et suis rejoint dans ma chambre, qui est aussi la salle commune, par deux jeunes moines de l’école. Durant le weekend, ils ont déplacé la cuisine dans l’ancienne pièce commune puisqu’Otsal n’y dort plus, du coup il y a plus d’espace.

Laisser un commentaire